Témoignages de doctorants et post-doctorants étrangers

  1. Katia Sayyed
  2. Kenji Shoji
  3. Muhammed Imran Arshad
  4. Raquel Lima Leite Soares Alvarenga

Katia Sayyed

Katia Sayyed, ​juin 2016

De nationalité libanaise, j’ai 26 ans et je suis actuellement étudiante en doctorat. Mon travail de thèse est réalisé en collaboration entre l'Université Libanaise (UL) et l'Université Rennes 1 (UR1). Auparavant, j’ai obtenu une licence en biochimie de la Faculté des sciences de l’UL et une maîtrise en biotechnologie appliquée de la Faculté de santé de cette même université. L’Irset est un institut compétent qui répond à mes ambitions et à mes objectifs : étudier les processus biologiques et les facteurs environnementaux qui influencent et peuvent affecter la santé humaine, et orienter le public afin d'évaluer ce qui peut menacer sa santé, en se basant sur les résultats de la recherche scientifique. J'ai l'honneur d'appartenir à l’Irset pendant trois ans. J'y acquiers une expérience scientifique très importante grâce aux laboratoires de pointe, aux équipements technologiques et instruments d’analyse, et surtout à l'esprit scientifique de l'équipe qui me permet de réaliser un travail de thèse enrichissant et productif. Et une des choses les plus marquantes que j'ai vécues à l’Irset est l’esprit humain et la coopération qui existe entre les membres des équipes.

Kenji Shoji

Kenji Shoji, juin 2016

Mon nom est Kenji Shoji, je suis originaire de Bolivie. J’ai travaillé à l’Irset en tant que post-doctorant de 2013 à 2016.
A l’issue de ma thèse en sciences physiologiques à l'Université catholique pontificale du Chili, j’ai rejoint l’Irset pour un contrat post-doctoral. L’Irset est un centre de recherche de haut niveau, qui rassemble d’éminents experts. J’ai eu l’opportunité d’y développer mes idées en travaillant avec les outils et techniques les plus récents. Vivre à Rennes m’a également permis d’apprendre une nouvelle langue et de me faire de nombreux amis. La Bretagne est l’un des plus belles régions de France, et tout le monde y est extrêmement accueillant et prévenant. Mon expérience à l’Irset m’a permis de me conforter en tant que scientifique et m’a donné des atouts pour pouvoir explorer de nouvelles opportunités en Europe. Aujourd’hui je travaille dans l’une des meilleures entreprises biotech européennes. Mon expérience à l’Irset a été un tournant majeur dans ma carrière, une opportunité que personne ne devrait manquer !

 

Muhammed Imran Arshad

Muhammed Imran Arshad, mai 2016

J’ai 35 ans et je suis de nationalité pakistanaise. J’ai rejoint l’Irset en septembre 2008, dans l’équipe de Michel Samson, pour un stage de Master financé par la Higher Education Commission (HEC), Pakistan. Avant de rejoindre l’Irset, j’ai obtenu un diplôme de Doctor of Veterinary Medicine (DVM) et un Master en Microbiologie vétérinaire de l’Université d’Agriculture de Faisalabad (UAF) au Pakistan. J’ai également été maître de conférences en microbiologie à l’UAF.
J’étais fasciné par les thématiques et la qualité de la recherche à l’Irset, et mon souhait le plus cher était de travailler au sein d’un groupe de chercheurs dynamique. J’ai eu la chance que Michel Samson accepte d’être mon parrain scientifique pour un travail de décryptage du rôle des médiateurs immune dans les maladies du foie. Mon séjour à l’Irset, entre 2008 et 2012, a donné lieu à de nombreux résultats en termes de publications de recherche, de développement de compétences, de formation et de collaborations. J’y ai appris le travail d’équipe, la pensée scientifique critique et, ce qui est le plus important, des normes culturelles françaises qui ont forgé ma personnalité. Après ma thèse à Rennes, j’ai réintégré mon poste à l’Institut de microbiologie à l’UAF où je suis professeur adjoint (poste permanent) de microbiologie depuis 2013. Aujourd’hui, je dirige un groupe de recherche et je suis responsable de cinq projets portant sur l’hépatite (diagnostic et thérapeutique), dont un projet (PERIDOT-France) mené conjointement avec Michel Samson. Je souhaite vivement poursuivre cette collaboration de recherche et avoir le plaisir de continuer de travailler avec l’Irset. 

Raquel Lima Leite Soares Alvarenga

Raquel Lima Leite Soares Alvarenga, août 2017

Je m'appelle Raquel Lima Leite Soares Alvarenga, je suis brésilienne et j’ai 49 ans. Je travaille comme embryologiste en fécondation humaine in vitro depuis près de 28 ans. J'habite à Belo Horizonte, capitale de la région du Minas Gerais au Sud-Est du Brésil. 
Mon ancien professeur, le Dr Luiz Renato De França de l'Université fédérale de Minas Gerais (UFMG) m'a offert l'opportunité de rejoindre l'équipe du Dr Nathalie Dejucq-Rainsford à Rennes. Ma mission consistait à développer la culture des cellules des testicules humains en vue de détecter l'infection du VIH en milieu in vitro. J’étais impliquée dans la recherche du processus d'acquisition des tissus du testicule (culture primaire, caractérisation des cellules, microscopie confocale, congélation des tissus, trie cellulaire (FACS), PCR, etc.). 
Tout le monde à l’Irset, en particulier l'équipe de Nathalie, a tout fait pour m'apprendre et m'aider à me sentir « chez moi ». Mon mari Rodrigo et mes deux fils, Renato (11 ans) et Pedro (9 ans) m'ont suivie à Rennes. Nous avons adoré cette ville, et la Bretagne, qui nous manquent aujourd'hui !
Je suis profondément reconnaissante de cette opportunité qui m'a été offerte d'apprendre toutes ces nouvelles techniques et de travailler au sein de cet institut de très haut niveau. J'espère pouvoir faire profiter le Brésil de toutes ces connaissances que j'ai acquises à Rennes. Merci pour tout !