Plateau « membrane et stress »

Responsables scientifiques : Odile Sergent (PU), Dominique Lagadic-Gossmann (DR CNRS). Responsable technique : Isabelle Gallais (IE Inserm).

Résonance paramagnétique électronique (RPE) pour la mesure  de la fluidité membranaire et le stress oxydant / nitrosant
  1. La Résonance Paramagnétique Electronique (RPE)
  2. La microspectrofluorimétrie
  3. ​HPLC

La Résonance Paramagnétique Electronique (RPE)

La Résonance Paramagnétique Electronique (RPE) est une méthode permettant la détection et la quantification d’espèces paramagnétiques telles que les radicaux libres et les ions métalliques de transition essentiels pour les analyses du stress oxydant induit par des agents chimiques dans les cellules et les tissus.

La RPE permet d’évaluer non seulement les dommages membranaires oxydatifs par la mesure des radicaux lipidiques, mais aussi de mettre en évidence les mécanismes toxiques initiaux en mesurant les niveaux de fer libre et du monoxyde d’azote (NO). Les agents chimiques peuvent aussi exercer des effets toxiques membranaires via des altérations de la fluidité membranaire, dont l'évaluation est également possible par RPE.

La microspectrofluorimétrie

La microspectrofluorimétrie est basée sur l’utilisation de sondes fluorescentes notamment spécifiques du calcium (Fura-2, Indo-1) ou des protons (Carboxy-SNARF-1). Le système mis en place permet de mesurer en temps réel la concentration intracellulaire de calcium ou le pH intracellulaire dans des cellules vivantes isolées ou en culture. Le set-up étant équipé d’un système de superfusion, des changements rapides de solutions sont possibles ce qui permet la mesure de changements rapides de calcium ou de pH intracellulaire induits par différentes molécules ou conditions de traitement. 

​HPLC

HPLC pour la mesure du stress oxydant (malondialdéhyde) et l’activité des cytochromes P450.