Equipe L. Multigner, P. Quénel | Evaluation des expositions et recherche épidémiologique sur l'environnement, la reproduction et le développement [ 3ERD ]

Co-dirigée par Luc Multigner et Philippe Quénel, l'équipe 9 de l'Irset s'attache à identifier et caractériser les expositions environnementales induites par les activités humaines et leurs impacts sur le système reproducteur (fonction et organes) ainsi que sur le développement de l’enfant.

  1. Programme de recherche
  2. Quatre axes de recherche
Membres de l'équipe 3ERD - © Irset

Programme de recherche

Nos recherches s’adressent principalement aux expositions à des perturbateurs endocriniens ainsi qu’aux agents chimiques et microbiologiques susceptibles de contribuer à l’origine développementale des maladies. Nos études prennent également compte les caractéristiques constitutionnelles et génétiques (interactions).

L’approche utilisée est fondée sur la mise en place et la réalisation d’études épidémiologiques à grande échelle. Ces études permettent de tester les associations entre les différents types d’exposition et des événements de santé, en utilisant des outils appropriés (analyse des données individuelles ou agrégées, modélisation statistique). Nous nous concentrons sur des populations ou des sous-populations à risque (femmes enceintes, enfants) principalement dans les zones où les expositions d’intérêt sont répandues : Bretagne, en raison de l’importante activité agricole, Antilles françaises en raison de la pollution environnementale au chlordécone.

Afin d’améliorer l’évaluation des expositions pendant la grossesse et l’enfance, nous développons des approches pour caractériser les expositions multiples et développer le concept d’Exposome à l’aide d’outils « omiques » appliqué à des matrices biologiques. Nous effectuons également des enquêtes axées sur les environnements intérieurs afin d’identifier les sources des agents chimiques et microbiologiques qui contribuent le plus à l’exposition des enfants et exploreront les facteurs qui influent sur la bio-accessibilité.

Quatre axes de recherche