Axe 3 | Tractus uro-génital et expositions aux composés pharmaceutiques

L’appareil urogénital est exposé aux médicaments et aux traitements anti-cancéreux. Notre équipe a été pionnière pour montrer l’effet délétère de l’exposition aux antalgiques sur l’appareil génital.

  1. Impact des antalgiques sur le tractus urogénital du fœtus et testiculaire adulte
  2. Identification de marqueurs de résistance aux chimiothérapies dans le cancer du rein
  3. Impact des thérapies anti-cancéreuses sur la fertilité masculine

 

Axe 3 | Tractus uro-génital et expositions aux composés pharmaceutiques

Impact des antalgiques sur le tractus urogénital du fœtus et testiculaire adulte

Les antalgiques (paracétamol, aspirine, ibuprofène etc ..) sont les médicaments les plus utilisés dans le monde. Plus de la moitié des femmes enceintes rapportent en consommer. La survenue de cryptorchidie (testicule non descendu) a été associée à la consommation d’antalgiques dans plusieurs études épidémiologiques. Or la cryptorchidie est un facteur de risque majeur pour le cancer testiculaire et l'infertilité. Nous avons démontré que les antalgiques se comportent comme des perturbateurs endocriniens pour les testicules adultes et fœtaux chez l’Homme. Nous étudions actuellement le mécanisme d'action de ces médicaments sur le testicule, en élargissant notre étude à d'autres antalgiques seuls ou en mélanges. Nous étendons également l'évaluation des risques d’une exposition aux antalgiques durant la grossesse à l'ovaire et au rein du fœtus.

 Contact: Séverine Mazaud-Guittot (CR1 Inserm) et Bernard Jégou (DRE Inserm)

 

Identification de marqueurs de résistance aux chimiothérapies dans le cancer du rein

Au sein du tractus urogénital, le cancer du rein présente un pronostique particulièrement défavorable (7ième cause de décès par cancer en France) en raison de son risque élevé de métastases et de sa résistance aux traitements anticancéreux conventionnels. Des progrès récents ont permis le développement de nouvelles thérapies ciblées spécifiques des situations métastatiques. Néanmoins, 40% des patients développent une résistance à ces substances thérapeutiques. Dans ce contexte, notre objectif est d'identifier des biomarqueurs de réponse et de résistance aux chimiothérapies chez une cohorte de patients métastatiques classés « bons » ou « mauvais » répondeurs au traitement. L’utilisation d’une approche transcriptomique nous permet d’identifier les transcrits codants et non-codants différentiellement exprimés entre ces deux sous-populations de patients et constitue une ressource précieuse pour discriminer de potentiels nouveaux marqueurs.

Contact: Nathalie Rioux-Leclercq (PU-PH)
 

Impact des thérapies anti-cancéreuses sur la fertilité masculine

Les tumeurs malignes hématologiques et testiculaires représentent les cancers les plus fréquents chez l’homme jeune. Si les progrès en matière de thérapies anticancéreuses ont permis de considérablement améliorer le taux de survie à long terme de ces patients, l’impact à court, moyen et long termes de ces traitements sur leur fertilité demeure inconnu. L’intégrité de l’information épigénétique du spermatozoïde étant absolument nécessaire afin de garantir le bon développement de l'embryon, nous avons entrepris de comparer l'épigénome des spermatozoïdes au sein d’une cohorte de patients avant et après traitement anticancéreux.

Contact: Célia Ravel (PU-PH) et Antoine Rolland (MCF)