Axe 2 | Tractus uro-génital et expositions aux produits de l’environnement.

L'impact des substances présentes dans l'environnement sur la santé suscite de nombreuses inquiétudes. Notre équipe a démontré l’impact de plusieurs contaminants environnementaux (phtalates, BPA ...) sur l'homéostasie endocrinienne du testicule (fœtal et adulte) chez l’homme. Ces perturbations sont suspectées être à l’origine de l'augmentation d’anomalies de la sphère reproductive humaine (i.e. hypospadias, cryptorchidie, cancers testiculaires, ...). Nos recherches visent à tester et prédire l'impact potentiel des substances environnementales sur le développement des gonades humaines et leurs fonctions.

  1. Stratégies de toxicologie prédictive in silico
  2. Effets toxicologiques des substances émergentes sur le testicule humain
  3. Effets combinés des mélanges chimiques

 

Axis 2 | Urogenital tract and environmental chemical exposures

Stratégies de toxicologie prédictive in silico

Les technologies dites « omiques » représentent des outils extrêmement puissants pour mettre en évidence des signatures moléculaires ayant un fort potentiel prédictif. Notre projet est donc d'identifier, de classer et de prédire les effets de nouveaux perturbateurs endocriniens et substances reprotoxiques sur la base d’approches bioinformatiques innovantes en intégrant des données massives de toxicogénomique.

Contact: Frédéric Chalmel (CR1 Inserm)

Effets toxicologiques des substances émergentes sur le testicule humain

Les effets délétères de ces composés chimiques sur le testicule humain sont testés en utilisant des modèles in vitro (lignée cellulaire humaine) et ex vivo (testicules fœtaux et adultes humains) par des approches classiques de toxicologie (e.g. mesure de production d'hormones) et par des approches toxicogénomiques.

Contact: Bernard Jégou (DRE Inserm)

Effets combinés des mélanges chimiques

Il est fortement suspecté que des substances puissent exercer des effets délétères et synergiques lorsqu’elles sont combinées, notamment en matière de perturbation endocrinienne. Nous avons établi la preuve de concept de la théorie du « something from nothing » en montrant l’effet délétère de cocktails de molécules de l’environnement in vitro. Plusieurs approches innovantes sont développées et utilisées, incluant : i) la modélisation mathématique pour concevoir les mélanges chimiques ; ii) la mesure des productions d'hormones ; et iii) la compréhension des mécanismes moléculaires sous-jacents par des approches de toxicogénomique.

Contact: Bernard Jégou (DRE Inserm)