Contrer la mort des cellules

Dans son numéro d'avril 2018, le magazine Sciences Ouest expose comment des chercheurs de Rennes et Roscoff ont trouvé des molécules pour combattre des maladies, dont l’infarctus.

Marie-Thérèse Dimanche-Boitrel teste des molécules contre la mort cellulaire

La mort cellulaire contribue au bon fonctionnement de l’organisme, en éliminant les cellules défectueuses. Mais sa trop forte activation peut détruire les tissus et être à l’origine de nombreuses maladies. Des chercheurs de Rennes et de Roscoff s’intéressent à un type particulier de mort cellulaire, la nécroptose : "Elle est en cause dans l’arthrite rhumatoïde, le psoriasis, les maladies neurodégénératives, les ischémies, l’hépatite ou encore la DMLA", explique Marie-Thérèse Dimanche-Boitrel, directrice de recherche Inserm à l’Institut de recherche en santé, environnement et travail, à Rennes. La nécroptose est déclenchée par l’activation de plusieurs protéines. Au final, la membrane cellulaire est endommagée et la cellule se vide de son contenu. Pour empêcher ce processus, les scientifiques ont cherché des molécules capables de bloquer l’une des protéines qui l’active. Ils ont puisé dans l’immense collection de molécules conservée à la Station biologique de Roscoff.
L'article complet dans Sciences Ouest est à lire ici.