TRANSCRIPTION, ENVIRONNEMENT ET CANCER (TREC)

La transition cancéreuse maligne survient quand certaines cellules tumorales primaires basculent vers un programme génétique stéréotypé qui ressemble à la “transition épithélio-mésenchymateuse” (EMT). Ce programme ancestral hérité de stades évolutifs unicellulaires  participe à des activités normales dans les cellules souches, lors du développement embryonnaire et la cicatrisation. Il coordonne plusieurs centaines de gènes qui, dans le contexte du cancer, participent collectivement à l’aggravation métastatique: prolifération exacerbée, aptitude des cellules à s’individualiser, à infiltrer les tissus, à changer de modes de production de matière et d’énergie etc. Notre équipe étudie les mécanismes transcriptionnels qui sous-tendent l’EMT tumorale et leurs origines environnementales, physiques ou chimiques. Nous nous intéressons notamment aux mécanismes épigénétiques, structuraux et dynamiques, impliqués dans la mémoire transcriptionnelle d’expositions environnementales.

Notre recherche se décline en plusieurs rubriques

  • Rôle des récepteurs aux estrogènes dans l’évolution maligne du cancer du sein
  • Interrelations entre cytosquelette et expression génétique
  • Rôles des facteurs de stress dans la transformation cellulaire maligne
  • Incidences de l’effet Warburg sur l’expression génétique
  • Hétérogénéité phénotypique tumorale

Plusieurs aspects concernent l’évaluation de facteurs de risques environnementaux